News

AIBA fait ses adieux à la boxe professionnelle

Andreas Anderegg, 03.11.2018

Vendredi, l’Association internationale de boxe AIBA a définitivement fait ses adieux à la boxe professionnelle. Lors du congrès de Moscou, les délégués ont approuvé par 98 voix contre 4 l’annulation des statuts de l’AIBA Pro Boxing (APB).

Andreas Anderegg

La demande de suppression concernant APB n’a pas fait l’objet de discussions ; on était visiblement heureux de pouvoir conclure ce chapitre nuageux. Parce qu’avec la tentative de s’implanter dans le secteur professionnel, l’AIBA a grandement échoué. Au lieu du positionnement souhaité en tant que fédération mondiale de boxe, seule à proposer une boxe professionnelle en plus qu’olympique, elle n’a enregistré que des pertes gigantesques.

Au bord de la faillite

En raison de l’ambition incontrôlée du président Wu et de son directeur sportif Ho Kim, qui était en fonction jusqu’en 2015, pères spirituels de l’APB, entre 2014 et 2018 a été enregistrée une perte d’environ 24 millions d’Euros. Le montant en francs a aussi été chiffré. La fortune s’est rapidement associée à une grande montagne de dettes et l’AIBA était sur le point de faire faillite.

Limiter les dépenses

En conséquence, Wu a été privé de ses moyens vers la fin de l’année dernière et a été suivi en janvier à Dubaï par le Russe Gafur Rahimov, son successeur par intérim. Pendant ce temps, l’AIBA a retrouvé ses ressources financières, notamment grâce aux négociations avec les créanciers. En outre, par exemple, au lieu des budgets précédents, entre 12 et 13 millions de francs par an maintenir une limite de 6 millions de francs par an.

Faire des changements

Malgré le budget réduit, l’AIBA souhaite faire beaucoup pour le sport. Par exemple, le projet d’une académie de boxe en Italie (Assise) sera poursuivi et le développement de la boxe aux Caraïbes sera soutenu pendant trois ans avec 300'000 francs chacun. De plus, la boxe féminine sera également promue. Entre autres choses, des manifestations mixtes avec des combats pour dames et des combats pour hommes doivent être organisées dans le monde entier – aujourd’hui, elles sont toujours séparées dans de nombreux pays.

WSB un succès

Contrairement à l’APB, la ligue internationale de boxe WSB – World Series of Boxing – est un succès. La neuvième compétition avec ces combats d’équipes aura lieu l’année prochaine. A cette fin, il a été suggéré que le concours WSB soit également ouvert aux combats féminins.

Huit catégories hommes, cinq catégories femmes

En outre, il est prévu de ne boxer aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 que dans huit catégories masculines (auparavant dix) et chez les dames, toutefois nouvelle, dans cinq catégories (auparavant trois). Les changements dans les classes de poids sont également en discussion. Mais aucune décision n’a été prise à cet effet. Les dirigeants de l’AIBA ont également évoqué les accords conclus vendredi avec le Comité Olympique (CIO) concernant les Jeux olympiques. Le sujet était la place de la boxe dans le programme olympique. De plus, les associations ont été invitées à promouvoir la boxe de fitness.

Curaçao a été ajouté en tant que nouveau membre du cercle de l’AIBA. En raison de nombreuses années d’inactivité, les associations d’Oman, de Saint-Martin et d’Andorre ont été exclues. En Andorre, cependant, il existe déjà une nouvelle organisation en préparation.

Elections le deuxième jour

Samedi, le congrès de l’AIBA à Moscou se concentrera sur les affaires électorales. Outre Gafur Rahimov (Ouzbékistan), le vice-président de l’AIBA, Serik Konakbayev (Kazakhstan), est également candidat au poste de président. Pendant ce temps, la réputation de Rahimov est assombrie par des publications relative à des activités criminelles. L’ancien directeur sportif Ho Kim, qui a participé au comité des élections de Konakbayev, reçoit une interdiction à vie de l’AIBA. Incidemment, le président du comité des élections de l’AIBA à Moscou est le thurgovien Jost Schmid de Steckborn.

 

 




Weitere News


© 2018, Swiss Boxing Federation