News

Championnat suisse à Locarno

Ueli E. Adam, 27.11.2018

73 athlètes étaient inscrits pour la date la plus importante de l’année. Un peu moins d’inscriptions pour les femmes. 19 boxeuses (l’année dernière 26) et 54 hommes (l’année dernière 49) se sont battus pour les titres de boxe olympique. L’équipe du Box Club Locarno, sous la direction de son président Americo Tomaz Fernandes Vieira, a magnifiquement organisé ces demi-finales et finales.

Champions suisses et championnes suisses en un clin d’œil :

Femmes jusqu’à 57 kg : Nicole VON KÄNEL, Box Team Thun Oberland

Femmes jusqu’à 64 kg : Stefanie HUNGERBÜHLER, Riverside Boxing Basel

Femmes jusqu’à 69 kg : Anaïs VINTALAS, Cercle des Sports Genève, Championne en titre

Sans titre, car directement qualifié pour la finale (Selon les statuts), avec médaille :

Femmes jusqu’à 60 kg : Natacha BAUD-GRASSET, Box Club Nyon

Hommes jusqu’à 56 kg : Tiago PUGNO, Box Club Riazzino

Hommes jusqu’à 60 kg : Angelo Rafael PENA, Boxing Kings Box Ring Bern

Hommes jusqu’à 64 kg : Horia TRIF, Box Club Zürich

Hommes jusqu’à 69 kg : Jonathan BRUNSCHWEILER, Box Club Glattbrugg

Hommes jusqu’à 81 kg : Ukë SMAJLI, NAB Frenkendorf

Hommes jusqu’à 91 kg : Jordan BILOA, Scorpion Gym Boxing Schaffhausen

Hommes + 91 kg : Omondi Collins OJAL

Sans titre, car directement qualifié pour la finale (Selon les statuts), avec médaille :

Hommes jusqu’à 75 kg : Angel ROQUE, Box Club Zürich

Equipe Championne : Box Club Glattbrugg

 

Les combats des finales

Elite femmes jusqu’à 57 kg : Nicole von Känel, BT Thun Oberland vs. Pramvera Chappaz, BC Martigny

La boxeuse de Thun n’a pas eu la tâche facile. La valaisanne Pramvera Chappaz était un véritable roc. Dès le début, elle a essayé d’utiliser sa supériorité physique avec une boxe agressive pour gagner son avantage. Mais elle n’a pas réussi devant une Nicole von Känel, techniquement plus à la hauteur et plus expérimentée. Avec ses compétences et sa technique de première classe, Nicole a remporté le titre avec une victoire méritée de 3 :2. Lors de la remise des prix avec beaucoup d’émotions, l’entraîneur Christina Nigg a accompagné l’heureuse gagnante, qui, apparemment disputait le dernier combat de sa carrière.

Elite hommes jusqu’à 56 kg : Gabriel Tomàs, BC Martigny vs. Tiago Pugno, BC Riazzino

Les deux combattants de première classe ont immédiatement créé de la tension dans la salle. Bien qu’ils n’aient pas pu se battre pour le titre à cause de la qualification directe, ils sont partis comme des flèches. Cela devait avoir des conséquences désastreuses pour le valaisan. Il a été touché avec un précis crochet au foie de Pugno. Vainqueur par KO à la première reprise : Tiago Pugno.

Elite femmes jusqu’à 60 kg : Natacha Baud-Grasset, BC Nyon, vs. Selina Verardi, Boxclub Bern

Pour ces deux ambitieuses boxeuses, en raison de la qualification directe, n’était pas non plus possible une victoire du titre. Pour cela, elles ont récompensé le public par un combat spectaculaire. Au début, Verardi semblait en mesure d’exploiter pleinement ses qualités techniques, mais Baud s’est avérée à la hauteur, avec des coups plus variés et plus de dynamisme et, avec son rythme, elle a mis la bernoise sous pression. Le public et les seconds dans le coin, qui sont intervenus trop bruyamment, ont assisté à un très grand combat. Gagnante ave 5 :0 des votes des Juges : Natacha Baud-Grasset.

Elite Hommes jusqu’à 60 kg : Angelo Rafael Pena, BK Boxring Bern vs. Sem Redai, BC Winterthur

Ici, nous avons vu deux jeunes boxeurs émergeants déjà très experts, qui ont livré un combat de première classe. Le bernois dirigé par Alain Chervet a un grand potentiel, convaincant par sa rapidité, sa précision et son répertoire de coups très varié. Même s’il n’était pas inférieur techniquement au jeune de Winterthur, il a dû abandonner à cause du rythme imposé par Pena. C’était un combat qui pouvait inspirer beaucoup de boxeurs pros : Gagnant par 4 :0 des votes des Juges : Pena.

Elite Femmes jusqu’à 64 kg : Marina Binggeli, Boxclub Bern, vs. Stefanie Hungerbühler, Riverside Basel

Lors de ce combat, ce sont les deux championnes de l’année précédente qui sont montées sur le ring. Dans une bataille animée, techniquement à la hauteur, elles ont prouvé que les combats féminins deviennent de plus en plus intéressants. Les deux ont cherché le titre avec des moyens différents : tandis que la bernoise portait ses coups de loin, la boxeuse de Bale était convaincante avec son impressionnant dynamisme de boxe. Ainsi les Juges ont noté le combat : gagnante par 1 :4 des votes des Juges : Stefanie Hungerbühler.

Elite Hommes jusqu’à 64 kg : Horia Trif, BC Zürich vs. Julien Baillifard, BC Martigny

Ces deux boxeurs nous donné l’un des meilleurs combats. Le zuriquois Trif, qui avait remporté les éliminatoires face à de forts adversaires, était le favori du combat. Mais cela n’a pas impressionné le boxeur de Martigny. Il a combattu très fort pour obtenir la victoire mais n’a eu aucune chance contre le zuriquois qui a finalement remporté le combat avec le résultat de 5 :0.

Elite Femmes jusqu’à 69 kg : Anais Vintalas, Cercle des Sports, Genève, vs. Anna Julia Jenni, Boxteam Basel

Ces deux femmes ont prouvé ce que les autres ont également montré : Avec un combat de très haut niveau, elles ont enchanté le public. La championne genevoise de l’année passée a dû faire face à une boxeuse dynamique. Dans un combat très rapide les deux combattantes ont brillé avec leurs qualités de première classe et ont tenu la barre très haut. A la fin, c’est la championne de l’année dernière, Vintalas qui a gagné avec le score de 4 :1.

Elite Hommes jusqu’à 69 kg : John Al Gamboa, Olympic BC Genève, vs. Jonathan Brunschwiler, BC Glattbrugg

Dès le début, le boxeur genevois voulait gagner le combat. Avec de la vitesse et dynamisme, il cherchait le titre, mais n’a pas tenu compte des coups de l’adversaire, qui ont fait la différence. Brunschwiler n’était pas seulement impressionnant par son poids. Il s’agit d’un futur boxeur très talentueux dont on entendra toujours parler. Avec rapidité, précision et des coups durs, il a mérité son verdict : RSC-H à la deuxième reprise et remporté le titre contre Gamboa.

Elite Hommes jusqu’à 75 kg : Angel Roque, BC Zürich, vs. Herry Saliku-Biembe, NAB Frenkendorf.

Ces deux boxeurs se sont livrés à un combat absolument de classe supérieure sans toutefois pouvoir obtenir le titre en raison des qualifications directes. Le champion de l’année dernière, Roque, a rencontré un boxeur avec un passé intéressant, revenu à la compétition amateur et effrayant pour tous ses adversaires. En 2006 déjà, Saliku-Biembe avait détrôné le champion Jean-Noël Joos et n’a depuis pas perdu de sa puissance. Les deux ont montré un combat qui a plu au public, mais dérangé les officiels à la machine à points. Il est rare de voir un homme qui, comme Saliku-Biembe, peut rapidement porter des dangereux crochets. Le jeune Roque, au contraire, a impressionné par sa sérénité : ponctuellement, avec un tel frappeur sur le ring, il s’est très bien comporté et, avec des attaques précises et ciblées, il a été en mesure d’engranger des points. Tout le monde n’était pas d’accord avec le verdict : Roque a gagné avec 4 :0. Les votes des juges ont prouvé qu’il était possible de gagner contre des puissants adversaires. Mais même avec toute la sympathie pour ce jeune boxeur de Zurich, il faut dire que c’était très serré.

Elite hommes jusqu’à 81 kg : Georgi Krilov Svechev, BC Locarno vs. Ukë Smajli, NAB Frenkendorf

Le champion des records de Zurich, qui est maintenant à Frenkendorf (titres, 2012, 2013, 2014, 2015), revient avec confiance après une suspension assez longue et une pause après une blessure. Ce ne sont pas seulement les titres qui nous enthousiasment ais également le boxeur. Ukë "The Wolf" Smajli fait partie des athlètes d’exception et la Suisse est heureuse de compter un tel boxeur dans ses rangs. Heureusement, dimanche l’adversaire sur le ring était aussi un boxeur de valeur. Le boxeur local a disputé contre le favori un combat animé et, en regardant de plus près, nous avons pu constater qu’il était très exigeant avec Smajli. On peut seulement souhaiter qu’il soigne mieux sa garde. Ainsi Svechev disputera beaucoup de bons combats. Mais, encore une fois le génie de Smajli qui a parlé : gagnant avec le verdict de 0 :5 Ukë Smajli.Elite Hommes jusqu’à 91 kg : Jordan Biloa, Scorpion Gym Boxing, vs. Enis Amiti, BC March

Ce jeune boxeur de 19 ans venant de Schaffhouse, peut être considéré comme un espoir pour l’avenir. Déjà visiblement bien préparé, il impressionne non seulement par ses talents de boxeurs, mais également par son physique. Le physique et les coups précis de Biloa n’ont pas permis à Amiti de rentrer dans le combat. A la deuxième reprise, le combat a été arrêté de manière raisonnable par l’arbitre et avec le verdict de RSC. Gagnant par RSC : Jordan Biloa.

Elite Hommes + 91 kg : Stefan Rumpold, BC Brugg, vs. Omondi Collins Ojal, BC Glattbrugg

Avant tout un éloge au futur perdant. Stefan Rumpold est monté sur le ring en se demandant comment faire pour garder son impressionnant adversaire sous contrôle. Ojal avait vaincu le champion de l’année passée, Ewene, en demi-finale, avec un lourds KO et on pouvait déjà voir au début de ce combat pour la finale qu’il allait faire exactement la même chose avec Rumpold. Malgré une bonne vision, une énorme puissance et du dynamisme, il n’a pas réussi à gagner la finale. Rumpold a toutefois prouvé que, en boxant de manière intelligente, il est possible de contrer un tel adversaire. Mais le résultat de 2 :3 prouve également que le jury a su apprécier les très bonnes performances du boxeur de Brugg. Néanmoins, il est clair que le nouveau champion de la classe reine est Omondi Collins "The African Lion" Ojal.

Conclusion : très bons championnats, bonne performance du jury, des compliments au chef des championnats René Schlachter pour l’organisation et la gestion de la machine de pointage ainsi qu’aux arbitres qui ont très bien gérés les combats.

Le mot de la fin : nous devons également féliciter let honorer les gagnants des médailles, qui ont tout de même disputés les combats pour le titre mais, pour de raisons de statuts (qualification directe) n’ont pas obtenu le titre.

Photos




Weitere News


© 2018, Swiss Boxing Federation