News

Bonnes performances des Suisses à Genève

Il est rare, en Suisse, d’assister à une réunion de boxe d’un tel niveau et d’une telle qualité. C’est tout à l’honneur de Patrick Kinigamazi et sa société Noblem Promotion qui ont offert au public genevois du Théâtre du Léman des émotions inoubliables. Cinq combats professionnels de haute intensité, comme on n’en a plus connu depuis les années Scacchia-Martelli, avec au final une performance collective remarquable des licenciés de Swiss Boxing face à une très forte opposition étrangère.

 

Kinigamazi vs Parlagi, crédit photo: Patrick Fellah

 

Au coeur de cette réussite, Patrick Kinigamazi, à la fois organisateur et acteur. Et vainqueur en 10 rounds du redoutable Slovaque Martin Parlagi (25 succès, 3 défaites, 1 nul), classé en 1ère série internationale. Un affrontement extraordinaire d’intensité qui a permis au Genevois d’adoption d’ajouter un 31ème succès à son formidable palmarès. Sans doute la victoire la plus difficile de sa longue carrière mais aussi la plus prestigieuse face à un adversaire à la fois très technique et doté d’une terrible frappe des deux mains

 

Il a d’ailleurs fallu que le détenteur de la ceinture mondiale WBF (le titre n’était pas en jeu cette fois-ci) s’emploie jusqu’à la dernière seconde pour contenir la fougue et la détermination de Parlagi (31 ans) qui s’est révélé d’entrée très agressif et très dangereux par ses crochets appuyés et précis. Averti du danger, Kinigamazi a pris l’initiative dès la 2ème reprise afin de contenir les assauts du Slovaque. Bien organisé, il a touché durement en crochets et directs du gauche et fait reculer Parlagi mais au 4ème round une méchante coupure au-dessus de l’oeil gauche a subitement jeté le doute sur sa réussite.

 

A peine destabilisé par sa blesure, Kinigamazi a repris sa marche en avant. Parlagi s’est révélé aussi bon esquiveur. Il a placé un uppercut du gauche mais a dû faire face aux attaques en force du Genevois. Le match s’est équilibré mais Kinigamazi, déterminé comme jamais, a accentué sa pressionface à un rival subitement difficile à toucher car très mobile et bien protégé derrière une garde haute.

 

Secoué par un uppercut du gauche au 8ème round, Kinigamazi a dû serrer les dents pour contenir les attaques furieuses de Parlagi. A peine fatigué, le frappeur Slovaque, toujours bien dans le rythme, a placé des coups très durs et installé le suspense sur la fin du combat. Au début du 9ème round, Kinigamazi a placé une superbe droite, puis des coups en contre avant de subir une nouvelle blessure, mais à l’oeil droit cette fois-ci.

 

Qu’importe, Kinigamazi a accentué son forcing, frappé sous tous les angles. Déséquilibré par une droite, Parlagi s’est retrouvé au tapis sans être compté. Quelques secondes plus tard, le bouillant Slovaque était foudroyé par une nouvelle droite en contre qui obligeait cette fois l’arbitre Beat Hausamann à le compter « huit ». Un coup de théâtre qui pesait lourd et donnait définitivement l’avantage à Kinigamazi après une ultime reprise très disputée et à l’issue d’un affrontement de niveau mondial qui a soulevé le public d’enthousiasme.

 

A 35 ans, Patrick Kinigamazi n’a jamais été aussi fort. Sa technique, son exceptionnelle condition physique, son mental et sa science du ring en font désormais un super-plume de haut niveau. Avec son entraîneur Giorgio Costantino, il est prêt d’ailleurs à défier les détenteurs des tires dans les quatre fédérations majeures, WBA, WBC, IBF et WBO. Sera-t-il entendu ?

 

Kassongo vs Gamgebeli, crédit photo: Patrick Fellah

 

Comment ne pas aussi mettre en évidence la performance de Cédric Kassongo, vainqueur par ko technique au 3ème round du jeune Georgien Nukri Gamgebeli (10-6-0). Une véritable démonstration qui a permis au super-léger genevois (32 ans) de faire étalage de ses magnifiques qualités techniques et de son punch après un premier round où il est déjà apparu comme le patron du ring. Frappant sous tous les angles, plaçant des séries magnifiques d’inspiration, il a débordé Gamgebeli dès la 2ème reprise par sa vitesse, l’amenant au point de ruputure et obligeant l’arbitre Fabian Guggenheim à interrompre le match. Un succès propre à renforcer la confiance du petit doué genevois et qui confirme son retour au premier plan.

 

Succès également pour les deux Lausannois Yoann Kongoloface au solide Georgien Levan Shonia (15-14-0) et Mehdi Ben Hamira face à l’Espagnol Daniel Robles (3-5-2). Succès toutefois dans la douleur pour Kongolo (32 ans) face à un encaisseur à la boxe rudimentaire et ne recherchant que le coup dur !  Son erreur aura été d’accepter trop souvent le combat de près voulu et imposé par Shonia, un rentre-dedant difficile à manoeuvrer. Tant qu’il a boxé à distance, en directs du gauche, Kongolo (13-1-0) a pu éviter les coups de massue et les terribles crochets du Georgien. Au 4ème round, son forcing et son travail de démolition lui ont donné définitivement l’avantage mais sur la fin il n’a pas pu se mettre à l’abri et a pris des coups qui eussent pu être évités.

 

Pour sa part, Ben Hamira (27 ans) a signé son troisième succès face à un Espagnol expérimenté et un peu joueur, qui l’a obligé à aller au bout des six reprises. Bien en condition, le poids lourd vaudois s’est appliqué à travailler et à varier ses coups. Dès la 3ème round, il a pris nettement l’ascendant mais ses frappes n’ont pas pu faire plier Robles. Il s’est montré plus offensif, surtout plus complet que l’Espagnol qui lui a fourni l’opposition dont il avait besoin pour progresser.

 

Enfin Bruno Bouhi a été durement secoué en début de soirée par la puissante force de frappe de l’Espagnol Sergio Perez de la Cruz (1-0-0). Un trentenaire venu d’autres sports de combat qui a fait parler la poudre face au mi-lourd français du CP Carouge (4-2-0). Cueilli au 3ème round par un terrible uppercut du droit au menton, Bouhi a été compté. Son courage lui a permis de revenir dans le match mais ses directs du droit et ses crochets n’ont pas suffi pour faire plier l’Espagnol qui s’est révélé dur au mal. Et à l’issue d’un superbe combat il a dû laisser la victoire à son adversaire. Résultats :

 

Mi-lourds, 6x3 : Sergio Perez de la Cruz (Esp, 79.300) bat Bruno Bouhi (Fra, 78,800) aux points (58-55, 57-55, 57-56)

Lourds, 6x3 ; Mehdi Ben Hamira (Sui, 104,300) bat Daniel Robles (Esp, 101,000) aux points (60-54, 59-55, 60-54)

Super-légers, 6x3 : Cédric Kassongo (Sui, 63,900) bat Nukri Gamgebeli (Geo, 62,500) kot 3è.

Super-moyens, 6x3 : Yoann Kongolo (Sui, 76,300) bat Levan Shonia (Geo, 76,600) aux points (59-55, 58-56, 60-54)

Super-plume, 10x3 : Patrick Kinigamazi (Rwa, 59,100) bat Martin Parlagi (Svk, 58,900) aux points (98-91, 96-93, 98-91)

 

Reportage à voir sur Léman Bleu TV :

ART OF BOXING

Samedi 6 juillet dès 18h30

Dimanche 7 juillet dès 17h30.

 

Bertrand Duboux, 30.6.19

 




Weitere News


© 2019, Swiss Boxing Federation